Vous cherchez un professionnel de droit?  
Par nom du cabinet :  
 
Bande passante Publicitaire

Le Barreau de Casablanca s’insurge contre Jamal Serhane

le  bâtonnier du Barreau de Casablanca Abdellatif Bouachrine a affirmé que Jamal Serhane s'adresserait aux avocats comme « s'ils étaient des jardiniers dans sa propre villa

Le Barreau de Casablanca s’insurge contre Jamal Serhane
 
Le bras de fer entre les avocats de Casablanca et le juge d’instruction Jamal Serhane est désormais entamé.  Dans ce sens, le Barreau de la capitale économique a organisé hier à 11h dans l’enceinte de la Chambre criminelle sise Avenue des F.A .R, un sit-in de protestation contre les agissements et le comportement unanimement jugés «indignes» dudit juge. Ce dernier, selon Maître Chentoufi, membre du même Barreau, aurait violé toutes les dispositions requises pour un jugement équitable. Il serait allé jusqu’à empiéter sur le droit de la défense. Pire encore, Jamal Serhane aurait manqué de respect envers les avocats et les aurait éconduits. Il n’aurait même pas pris la peine de les convoquer selon les formes d’usage, se contentant de les appeler par téléphone. Attitude qui a attisé la colère de ceux-ci qui s’insurgent également contre des agissements encore plus déplacés. Notamment, le fait de priver les avocats de leur droit à examiner les dossiers dans les délais impartis. De ce fait, Ces derniers se trouvent surpris lors des attendus de jugements.
Au cours de ce sit-in, le  bâtonnier du Barreau de Casablanca Abdellatif Bouachrine a affirmé que Jamal Serhane s’adresserait aux avocats comme « s’ils étaient des jardiniers dans sa propre villa », ce qui est inacceptable et inadmissible.  En audience privée, les hommes en noir croient toujours qu’ils sont dans un commissariat de police plutôt que dans le bureau d’un juge d’instruction. Le comble est que ce même Serhane tronquerait, à en croire la même source, les dossiers de la manière qui l’arrangerait le mieux avant de les remettre aux avocats.  Cependant, on regrette que ces membres du corps judiciaire aient usé d’injures dans leurs slogans, brandis lors du sit-in d’hier qui a connu la participation des Barreaux de Rabat, Safi, Marrakech, entre autres. Ces derniers ont, en outre, adressé des lettres de solidarité à leurs confrères de Casablanca.
En attendant que les choses reprennent leur cours normal, le Barreau de Casablanca va se réunir incessamment pour décider des formes de lutte à entreprendre pour faire aboutir ses revendications.    
source  libe.ma

2007 - 2019 © Juristique.com, Tous droits réservés.
Nous contacter