Vous cherchez un professionnel de droit?  
Par nom du cabinet :  
 
Bande passante Publicitaire

Le troisième Congrès arabes des ministères publics, des procureurs généraux et des instances d'instruction

Ce congrès se veut aussi un acquis juridique et judiciaire pour le ministère public, à même de lui conférer une dimension nationale et internationale,

 

Le troisième Congrès arabes des ministères publics, des procureurs généraux et des instances d'instruction, qui se tient actuellement à Marrakech, se veut une occasion pour définir des procédures unifiées et conjointes entre les parquets des différents pays arabes, en vue de lutter efficacement contre le crime organisé, a souligné Me. Noureddine Erriyahi, président de Chambre à la Cour suprême.

 

S'exprimant mardi à Marrakech, lors d'un point de presse, organisé en marge des travaux de ce Congrès (20 au 22 octobre), M. Erriyahi a ajouté que le rôle du parquet consiste à consacrer le principe d'indépendance du pouvoir judiciaire de manière à éradiquer tous les fléaux, notamment ceux liés au terrorisme, aux détournements de fonds, au blanchiment d'argent, au crime organisé et à la lutte contre la corruption.

 

Placé sous le Haut Patronage de S.M. le Roi Mohammed VI, ce Congrès s'insère dans le cadre de l'activation des recommandations émanant des Congrès tenus respectivement à Amman (Jordanie) en 2007 et à Riad (Arabie Saoudite) en 2008, lesquels s'inscrivent dans le cadre des conventions internationales visant la lutte contre le crime organisé, a poursuivi M. Erriyahi, également membre de l'Amicale hassanienne des magistrats.
Et d'ajouter que ce conclave qui émane aussi de la Ligue arabe, vise à créer une synergie entre les législations nationales et internationales et à activer l'ensemble des textes de loi susceptibles d'en assurer une bonne application, tout en trouvant les mécanismes nécessaires à cette fin.

«Ce congrès se veut aussi un acquis juridique et judiciaire pour le ministère public, à même de lui conférer une dimension nationale et internationale, au service de la défense de l'intérêt général», a-t-il dit.

 

Pour rappel, ce Congrès qui connaît la participation de 21 pays, outre le Maroc et le Centre arabe des recherches juridiques et judiciaires, se veut une occasion pour débattre de plusieurs thèmes relatifs, entre autres, à l'activation des recommandations émanant des congrès d'Amman et de Riad et au rôle du ministère public dans la lutte contre les dangers du terrorisme et de la pollution de l'environnement.
Les participants examineront également d'autres questions liées, notamment aux crimes organisés transfrontaliers et à l'élaboration du projet d'une stratégie de coopération directe entre les services des ministères publics et les instances d'instruction pour lutter contre la prolifération de la criminalité.
Par MAP

2007 - 2020 © Juristique.com, Tous droits réservés.
Nous contacter